josz.eu

Quelles lois s’appliquent en cas de conduite en état d’ivresse ?

Un tiers des accidents mortels sur la route est causé par l’alcool. Prenez garde au fait de conduire en état d’ivresse ! Les autorités œuvrent ainsi afin d’éviter tous les risques liés à cette mauvaise manie. Ils prennent le temps de vérifier le taux d’alcool des conducteurs au volant. Et lorsqu’ils sont face à un cas de conduite en état d’ivresse, ils n’hésitent pas à distribuer les sanctions. S’il arrive, d’ailleurs, que votre taux d’alcool va au-delà de 0,2 g/l (pour les conducteurs novices) ou encore 0,5 g/l (pour les conducteurs confirmés), prenez garde ! Vous risquez gros. 

Qu’est-ce que risque un conducteur avec un taux d’alcool allant jusqu’à 0,8 g/l ?    

Les conducteurs chez lesquels les forces de l’ordre ont détecté un taux d’alcool allant jusqu’à 0,8 g/l risquent d’abord de perdre 6 points sur leur permis de conduire. En d’autres termes, si le conducteur était en première année de période probatoire, son permis aurait été annulé. Les autorités peuvent également leur assigner une amande qui peut grimper dans les 750 euros. Ils ont aussi le droit d’immobiliser le véhicule du conducteur et de lui ôter son permis pour alcool. Il peut ainsi ne pas être autorisé à conduire jusqu’à 3 ans par là. 

Qu’est-ce qui peut arriver si ce taux d’alcool est égal ou dépasse 0,8 g/l ?    

Quand le taux d’alcool des conducteurs est égal ou dépasse 0,8 g/l, les sanctions qui seront appliqués sont plus strictes. 6 points de son permis de conduire lui seront enlevés et l’amande qu’il recevra peut s’élever jusqu’à 4500 euros, voire 9000 euros s’il y a récidivé. Son véhicule peut être immobilisé et son permis peut aussi lui être retiré. Ce n’est pas tout ! La loi exigera également que le conducteur qui a commis le délit se forme en stage de sensibilisation. A ses propres frais en plus ! Et le plus grave dans tout cela, c’est qu’il risque aussi une peine de prison pouvant aller jusqu’à 2 ans, voire 4 s’il y a récidivé. 

Attention ! La loi veut que ces dernières sanctions s’appliquent aussi aux conducteurs qui n’opèrent pas au moment de contrôler son taux d’alcool au volant. Ne déclinez donc pas l’invitation des autorités lorsqu’ils veulent vérifier le vôtre.